Le chauffage au bois : une solution économique et écologique

Se chauffer en utilisant pour combustibles des énergies fossiles a de moins en moins la côte ces temps-ci. Pour cause, les émissions de CO2 libérées par ce type de chauffage sont néfastes pour l’environnement. En France, la chaudière au fioul sera par exemple peu à peu interdite dans les foyers d’ici à 2022. Chaleureux, authentique et peu gourmand en énergie : le chauffage au bois séduit désormais de plus en plus. Mais c’est aussi pour son aspect écologique qu’il est apprécié, car contrairement au chauffage au fioul ou au chauffage électrique c’est une énergie renouvelable et neutre en carbone. De plus, si sa combustion est bien optimisée il est très économique. Il existe néanmoins un large choix dans les types d’appareils de chauffage au bois et il n’est pas toujours aisé de choisir celui qui répondra le mieux à vos besoins…

Le bois : une ressource renouvelable et économique

Le chauffage au bois représente une alternative intéressante car peu polluante. En réalité, le bilan carbone du bois est même négatif. Le prix du bois reste inférieur à celui du fioul, de l’électricité ou même du gaz dont les cours fluctuent énormément. En plus de ses avantages économiques et écologique le bois est un combustible qui diffuse une chaleur douce et agréable.

Quel système de chauffage au bois choisir ?

Pour un chauffage principal

  • Le poêle de masse : Avec un très bon rendement atteignant environ 90%, le poêle à accumulation fonctionne avec des bûches. De plus, il est particulièrement économique et autonome puisqu’il permet de chauffer un logement entre 8 et 24 heures (par flambée). Un des avantages du poêle de masse est qu’il est adaptable sur mesure au logement du particulier qui souhaite l’acquérir. Néanmoins, il est important de prendre en compte le fait qu’un poêle de masse est assez imposant et lourd et qu’il prendra donc de la place dans la pièce où il sera installé. Le prix des poêles de masse varie entre 5000€ et 16 000€.

Pour un chauffage central qui assure la production d’eau chaude

  • La chaudière à bois : La chaudière à plaquettes ou granulés est une parfaite alternative à la chaudière au fioul qui tend à disparaître petit à petit. Elles ont un très bon rendement, et émettent peu de cendres et de polluants (particules fines également). Les chaudières à bois sont complètement autonomes et permettent de chauffer le logement durant toute la saison de chauffe. Un des très gros avantages des chaudières à bois : elles peuvent être automatiquement optimisées via une régulation électronique. Ce système de chauffage au bois nécessite cependant un entretien très régulier et a un prix initial élevé. Enfin, il faut disposer d’une chaufferie assez grande pour pouvoir placer votre chaudière à bois. Il existe également des chaudières à bois manuelles qui fonctionnent avec des bûches. Le prix des chaudières à bois varie entre 3000€ et 14 000€. Les chaudières à bois peuvent aussi être utilisées pour chauffer l’eau des sanitaires contrairement à des systèmes comme les poêles ou les cheminées.

Pour un chauffage d’appoint

  • Le poêle à bûches : Très simple et rapide à installer, le poêle à bûches nécessite peu d’entretien. De plus, il diffuse une chaleur douce et agréable. Petit bonus pour les fans de décoration, il existe de très beaux modèles modernes pour renforcer l’esthétisme de votre intérieur. Idéal pour accompagner un chauffage principal, le poêle à bûches est cependant insuffisant pour chauffer à lui seul un logement entier d’une grande superficie. De plus, il est à noter que c’est un mode de chauffage qui ne dispose pas d’une grande autonomie puisqu’il faut fréquemment rajouter des bûches (plusieurs fois par jour). Le prix d’un poêle à bûches varie entre 1000€ et 5000€.

  • Le poêle à granulés : Le poêle à granulés a un rendement bien plus intéressant que le poêle à bûches. Un autre avantage est que ce système est assez autonome, il ne doit se recharger qu’une fois par jour environ (autonomie en moyenne entre 12 et 72 heures*). La chaleur est aisément diffusée grâce à un ventilateur. La chaleur diffusée par le poêle à granulés est modulable notamment car elle peut être réglée via un thermostat situé dans la pièce. Néanmoins, ce système est plus énergivore que d’autres types de chauffages au bois car il nécessite un besoin en électricité. Tout comme le poêle à bûches, le poêle à granulés ne peut être utilisé qu’en chauffage d’appoint. Attention, certains poêles à granulés peuvent émettre du bruit s’ils ont un ventilateur. Le prix d’un poêle à granulés varie entre 1600€ et 6000€.

  • L’insert / la cheminée : Si les cheminées traditionnelles sont souvent représentées ouvertes, il existe néanmoins des moyens d'en faire des sources de chaleur fermées notamment grâce à l’insert. Cet appareil s’installe en s’encastrant dans la cheminée ouverte (plusieurs tailles et modèles d’inserts existent) et permet ainsi de fermer le foyer. L’insert est très pratique car il permet d’améliorer largement le rendement de la cheminée qui n’est que d’une quinzaine de pourcents. Il présente également plusieurs avantages en termes de sécurité grâce à la vitre qu’il comporte : elle évite les risques d’incendies ou même d’intoxication au monoxyde de carbone. L’insert permet donc à ses utilisateurs de ne pas avoir à constamment surveiller leur cheminée. Le bois pour alimenter ce type d’installation peut être choisi sous forme de bûches ou de pellets. Le prix d’un insert varie entre 500€ et 4500€.

Netatmo Info

Pour éviter les incendies ou les intoxications au monoxyde de carbone, il est important d’installer un Détecteur de Fumée Intelligent et un Détecteur de Monoxyde De Carbone dans son habitation. La sonnerie de l’alarme d’un détecteur de monoxyde de carbone est différente de celle d'un détecteur de fumée, ce qui permet de les différencier.

Installation d’un chauffage au bois : les aides et les primes qui existent

Le prix d’un appareil de chauffage au bois est certes intéressant sur la durée mais peut avoir un investissement de départ élevé (entre l’achat et l’installation). Par exemple pour l’installation d’un poêle ou d’un insert le prix peut aller jusqu’à 1500€. Pour une chaudière le coût varie entre 2000€ et 3000€. Il n’en reste pas moins que le bois est un système chauffage plus respectueux de l’environnement et que le gouvernement dans une démarche de transition énergétique veut encourager financièrement chaque foyer qui entreprend ce type d’achat. En France, des aides financières existent pour accompagner les ménages dans leur projet de rénovation énergétique et donc réduire le coût d’un appareil de chauffage au bois. Ces aides sont particulièrement intéressantes si vous possédez un chauffage fonctionnant aux énergies fossiles que vous voulez changer pour une énergie plus écologique ou si votre installation est vieillissante et donc moins performante.

  • Les Certificats d’économies d’énergie (CEE) : il s’agit d’un dispositif mis en place par l’Etat pour accompagner financièrement les foyers ou les entreprises souhaitant entreprendre des rénovations énergétiques. Ce dispositif peut être cumulé avec d’autres aides telles que Ma PrimeRénov’ ou les éco-prêts à taux zéro. Ce sont les fournisseurs d’énergie qui proposent directement les CEE aux particuliers ou aux entreprises. Les CEE peuvent prendre diverses formes : services gratuits, bons d’achats, réductions…Il est possible de bonifier la Prime CEE dans le cadre d’un remplacement d’une chaudière au fioul, au gaz ou au charbon.

  • Eco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) : le montant de cet éco-prêt varie entre 7000€ et 30 000€ selon les travaux qui doivent être réalisés.

  • Coup De Pouce Chauffage : Cette prime aide les ménages lors de l'installation d’un appareil de chauffage au bois très performant dans leur foyer.

  • Ma PrimeRénov’ : Cette prime vise à inciter les foyers à rénover de manière écologique leur habitation. Il est à noter que cette aide financière est accessible à tout foyer qui souhaite entamer des rénovations énergétiques, le montant de l’aide varie alors selon les revenus du ménage. Parmi les nombreux avantages de cette prime, on peut compter le fait qu'elle soit cumulable avec certaines aides locales ou les CEE.

  • Les aides locales : les collectivités territoriales peuvent elles aussi proposer des aides financières pour l’installation d’un système de chauffage au bois et plus généralement pour la rénovation énergétique de votre maison.

Quel type de bois choisir ?

Le chauffage au bois est certes très une alternative intéressante mais il est important de bien choisir le bois utilisé comme combustible. Bien qu’aucune essence de bois ne soit interdite à l’utilisation, elles n’ont pas toutes la même qualité et le même pouvoir calorifique. Lors de votre achat n’hésitez pas à demander des conseils à un vendeur spécialisé.

Les résineux, les feuillus tendres et les feuillus durs diffusent une chaleur agréable lors de leur combustion. Néanmoins tout dépendra de votre type d’appareil et du confort souhaité.

Les précautions à prendre avec le chauffage au bois

Si le fait d’utiliser une énergie plus respectueuse de l’environnement pousse de nombreux particuliers à passer au chauffage au bois, ce mode de chauffage n’est pas exempt de risques. Il est donc important de s’informer sur les bonnes pratiques à adopter avant ou lors de l’achat d’un chauffage au bois.

Pour ne pas qu’il soit polluant ou dangereux pour votre santé, le bois doit être choisi avec précaution. Voici nos conseils pour vous chauffer au bois sans craintes :

  • Faire attention à l’humidité : Outre le fait qu’il produise beaucoup moins d’énergie qu’un bois sec, le bois humide représente un risque considérable pour la santé en libérant des particules fines. Le bois humide est également dangereux car il entraîne une mauvaise combustion qui peut être à l’origine d’incendies. Utiliser du bois humide peut aussi détériorer du chauffage (poêle, chaudière etc…). Selon l’ADEME, le bois en plaquettes ne doit pas dépasser un taux de 30%, pour les bûches moins de 20% et enfin moins de 10% pour les granulés. Un des signes qui peut alerter sur l’humidité trop importante du bois est la quantité de vapeur trop importante émise lors de sa combustion. Lors du stockage de votre bois il faut donc être vigilant.

  • Peinture, vernis… : si le bois est peint ou vernis il devient alors un combustible dangereux car il rejette des émissions toxiques.

  • Bien entretenir son appareil de chauffage au bois : pour les inserts, les foyers fermés ou les poêles il est nécessaire de bien nettoyer la vitre, le cendrier et l’intérieur de la hotte. En ce qui concerne les chaudières il est important de vérifier le niveau de combustibles et de fréquemment la nettoyer et la vider.

  • Vérifier la performance et surveiller l’obsolescence de son appareil : Afin de limiter les émissions de particules fines dans votre maison et s’assurer de la bonne performance de l’appareil il est capital d’être vigilant sur le label. En effet, il existe le label Flamme Verte qui permet de certifier la qualité de votre appareil en assurant qu’il n’émette pas particules fines et qu’il offre un rendement intéressant. D’ailleurs, les appareils qui bénéficient du label Flamme Verte ou les appareils qui ont une bonne performance énergétique permettent d'obtenir les aides financières à l’installation. Selon l’ADEME, les inserts ou les poêles datant d’avant 2002 ont un moins bon rendement, il faut donc penser à les remplacer.

Quelles sont les autres alternatives ?

Même si le chauffage au bois est une alternative qui est en vogue, certains ménages soit parce qu'ils habitent en ville soit pour des préférences personnelles cherchent à se tourner vers un autre type d’énergie renouvelable. D’autres solutions existent :

  • Le chauffage solaire : C'est une source d’énergie et de chaleur illimitée et gratuite. Il est possible de capter l’énergie solaire grâce à une installation photovoltaïque. C’est une alternative écologique mais qui représente un coût élevé lors de son installation.

  • La pompe à chaleur : cette solution présente plusieurs avantages. Facile à utiliser et à installer, la pompe à chaleur a également pour avantage de ne pas consommer beaucoup d’énergie. La pompe à chaleur est également éligible à des aides de l’Etat pour son installation. Néanmoins, la taille de son unité extérieure étant assez grande la pompe à chaleur convient mieux à des maisons avec jardin. Son prix peut varier entre 5000 € et 20 000 € selon le type de pompe à chaleur (air-air, géothermique, air-eau…).

Aller plus loin dans l'optimisation de son chauffage au bois

Les thermostats connectés permettent de créer un planning de chauffe et ainsi de chauffer votre maison au bon moment et à la bonne température.

Selon l’ADME*, l’utilisation de thermostats intelligents et/ou connectés permettrait d’amoindrir le coût des factures de chauffage des foyers.

Selon l’agence, ces thermostats représentent un “petit investissement très rentable” puisque les économies réalisées dès la première année sont susceptibles de couvrir leur prix d’achat. Le Thermostat Intelligent ON/OFF permet de programmer et de contrôler à distance la température ambiante de votre logement. Il utilise les caractéristiques thermiques de votre logement pour gérer votre poêle ou chaudière à bois avec plus de finesse.

*Sources ADEME : https://librairie.ademe.fr/cadic/1867/guide-pratique-poele-bois-chaudiere-insert.pdf?modal=false

https://librairie.ademe.fr/cadic/1870/guide-pratique-chauffage-au-bois-mode-emploi.pdf?modal=false