Comment se protéger contre les particules fines ?

Vous pensiez que la pollution atmosphérique aux particules fines ne concernait que la route et le diesel ? Perdu ! En intérieur comme en extérieur, ces particules nocives pour la santé sont omniprésentes et on les trouve partout en suspension. La France est loin d’être la plus mal lotie en matière de pollution et de particules fines, mais mieux vaut s’en protéger en adoptant quelques bonnes pratiques, des règles et des réflexes utiles.

Les particules fines : de quoi parle-t-on ?

Le terme de “particules fines” est de plus en plus présent dans les médias, en France comme ailleurs. Il faut admettre que les polémiques du diesel et le rôle de ce type de moteur dans l’émission de telles particules (entre autres gaz à effet de serre) y sont pour beaucoup.

Hélas, peu prennent le temps d’expliquer de quoi s’agit-il vraiment. Comme vous l’avez certainement compris, c’est une forme de pollution particulièrement insidieuse qui s’avère dangereuse.

Des particules en suspension présentes partout ?

En Île-de-France et à Paris, la qualité de l’air est souvent mauvaise en raison des nombreuses émissions de polluants, gaz à effet de serre… et particules fines. Mais le reste de la France n’est pas épargné… loin de là !

Pour faire retomber brusquement le suspens induit par le titre, vous ne pouvez pas vous protéger à 100 % des particules fines car nous en respirons en permanence. Elles sont en suspension dans l’air, dans les moyens de transport (voiture, métro, train…), partout sur nos lieux de travail et même dans nos logements. Impossible de s’en cacher, même chez vous.

Ces particules fines sont dites PM 2,5 car leur diamètre est inférieur à 2,5 µm. Certaines d’entre elles sont aussi appelés ultrafines ou PM 1, ce sont celles dont le diamètre est inférieur à 1 µm. Cette forme de pollution est totalement invisible mais pourtant bien présente.

En matière de pollution environnementale et de gaz à effet de serre, les particules fines ne sont les plus à blâmer. En effet, leurs effets sur l’environnements sont secondaires par rapport à leurs effets sur la santé des organismes vivants.

Mais cette pollution est-elle dangereuse pour la santé humaine ?

Le danger des particules fines et ultrafines

Si leur taille est si minuscule, que leur diamètre n’est égal qu’à quelques micromètres, c’est qu’elles sont inoffensives, non ? Malheureusement, c’est tout le contraire. D’ailleurs, les particules fines se multiplient depuis plusieurs années et le risque qu’elles représentent devient plus fort à mesure que les études scientifiques de France et d’ailleurs démontrent leurs conséquences néfastes sur la santé.

Les particules fines et ultrafines pénètrent en permanence dans l’organisme, s’immiscent dans le sang et vont même se nicher dans les alvéoles pulmonaires, ce qui à la longue provoque des maux comme l’irritation des muqueuses, des troubles respiratoires, des pathologies plus graves comme des cancers, des maladies cardiovasculaires ou des perturbations endocriniennes.

Entre aération, plantes vertes et autres masques, revenons ensemble sur différents moyens de se protéger plus ou moins efficacement des particules fines et de la pollution atmosphérique afin de préserver notre santé.

L’intérieur de votre logement est-il pollué aux particules fines ?

Ce titre est malheureusement une question rhétorique : votre air intérieur est sans doute 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur ! Ce n’est pas nous qui l’affirmons, c’est le ministère de la Santé qui l’a annoncé après une étude menée sur la pollution en France.

D’où provient la pollution intérieure et les particules fines qui nuisent à la qualité de l’air de votre logement ? D’abord, il y a bien sûr les particules fines et ultrafines issues essentiellement du trafic automobile extérieur. Comment s’invite-t-il chez vous ? Par la ventilation, via les portes et à travers vos fenêtres.

Ensuite, il ne faut surtout pas négliger les émissions intérieures de pollution aux particules fines : les fumées de cuisine sont en cause, de même que les cosmétiques, la peinture, les produits d’entretien, la cigarette et les autres types de combustibles comme le bois. En effet, si la combustion libère du monoxyde et du dioxyde de carbone, les particules fines sont également responsables et après leur émission, elles restent parfois de longs moments en suspension.

Alors oui, votre intérieur est pollué aux particules fines. Mais ce n’est pas une fatalité ! Pour éviter que votre santé se détériore à cause de cette pollution, vous pouvez agir.

Netatmo info

Pour un air plus sain chez vous, la Station Météo Intelligente Netatmo et le Capteur de Qualité de l’Air Intelligent Netatmo analysent différents paramètres importants pour détecter d’éventuels problèmes et polluants. Suivez ses conseils pour les résoudre ! Bien qu’il ne soit pas orienté spécifiquement vers les particules fines, c’est un allié de poids dans la quête de l’air pur intérieur.

Se prémunir contre les particules fines, c’est possible

Bien que les particules fines soient une pollution omniprésente en France, des moyens existent pour s’en prémunir, notamment dans votre logement. S’il est possible d’améliorer la qualité de l’air intérieur en réduisant sa teneur en dioxyde de carbone et autres gaz à effet néfaste sur la santé, c’est aussi possible pour les particules fines !

Voici donc quelques conseils à appliquer dès aujourd’hui pour réduire les émissions de particules fines et améliorer votre santé :

  • Luttez contre les véhicules à moteur diesel (et thermique dans un second temps), remplacez le vôtre et évitez d’en acheter un neuf car c’est une source majeure d’émission de particules fines;
  • Méfiez-vous des bougies parfumées, peintures et autres produits ménagers qui sont souvent mis en cause pour leurs émissions de substances nocives et polluantes dont les particules fines. Choisissez-les avec soin ou optez pour des alternatives naturelles et non toxiques ;
  • Portez un masque… mais pas n’importe lequel. Les masques en papier ou de type chirurgien n’ont aucun effet sur les particules fines, ils ne protègent pas votre santé. Seuls certains masques de type R-PUR avec filtres spécifiques permettent de filtrer toute la pollution et les particules les plus fines ;
  • La pollution extérieure ayant tendance à s’accumuler à l’intérieur du logement, il est essentiel d’aérer régulièrement, si possible 10 minutes environ tôt le matin ou tard le soir (et surtout pas à l’heure de pointe ou à midi). Même en cas de pic de pollution, vous devez continuer à aérer au risque que votre intérieur soit plus pollué encore que l’extérieur ;
  • Utilisez des purificateurs d’air intérieur de haute qualité pour filtrer jusqu’à 99.97% des particules fines en suspension de 0.1 micromètres et autres polluants, c’est une technique très efficace ;
  • La pollution intérieure peut aussi venir des fumées dégagées par l’utilisation d’une cuisinière à gaz. Pour diminuer cette pollution, équipez-vous d’une hôte aspirante et privilégier une cuisinière électrique. N’oubliez pas d’aérer assez régulièrement pour diminuer au maximum la pollution intérieure ;
  • Optez pour des produits ménagers sans composés chimiques. Par exemple, le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc ou le savon noir. N’oubliez pas d’aérer pendant que vous nettoyez !

Les plantes vertes ne vous seront pas d’une grande utilité contre les particules fines, bien qu’elles restent efficaces contre les COV (composés organiques volatils), le formaldéhyde, le monoxyde de carbone et d’autres polluants. Elles restent utiles pour votre santé (et votre décoration) !