Quels sont les symptômes de l’intoxication au monoxyde de carbone ?

Les intoxications au monoxyde de carbone sont un réel danger pour la santé. Incolore, inodore, sans saveur et non irritant, le monoxyde de carbone (CO) est un gaz toxique potentiellement mortel, c’est pourquoi il faut savoir reconnaître les symptômes d’une intoxication au CO. De simples maux de tête à une perte de connaissance pouvant entraîner la mort, ces symptômes sont nombreux et potentiellement très graves.

Des symptômes variés dont la gravité dépend de la durée d’exposition

Le CO est le gaz qui entraîne le plus d’intoxications chaque année : rien qu’en France, on en dénombre environ 4 000 chaque année, dont la plupart au cours de l’hiver, quand les chauffages tournent à plein régime et que l’aération fait défaut. Il est ainsi la principale cause d'intoxication dans les pays industrialisés, d’où l’importance de connaître les symptômes de l’intoxication au monoxyde de carbone.

Non seulement le monoxyde de carbone est nocif pour l’organisme (des humains comme des mammifères), mais en plus il se diffuse rapidement dans l'environnement, il ne monte pas comme la fumée puisqu’il se mélange à l’air ambiant.

De nombreux symptômes qui doivent donner l’alerte

Alors concrètement, que se passe-t-il en cas d’exposition à ce gaz ? Dès le moment où il est inhalé par une personne, le monoxyde de carbone commence à remplacer l'oxygène dans le sang. Ce processus est rapide et avant les premiers symptômes, il est impossible de savoir qu’il est en cours, puisque le CO n’a ni odeur, ni saveur, et qu’il n’est pas irritant.

Mais rapidement, les premiers symptômes de l’intoxication au monoxyde de carbone apparaissent : maux de tête, douleurs dans la poitrine, troubles de la vision, difficultés de concentration, vertiges, manifestations pseudo-grippales, étourdissements, nausées, vomissements, perte de connaissance… ces troubles sont loin d’être anodins, surtout en hiver dans une pièce fermée et chauffée.

Chaque minute compte en cas d’intoxication au monoxyde de carbone

Dès l’apparition de l’un de ces symptômes en lien avec l’intoxication au monoxyde de carbone, surtout dans le cas où le chauffage est en marche, il faut s’inquiéter et suspecter le monoxyde de carbone. Plus l’exposition au gaz est longue, plus les effets néfastes sur la santé sont graves, c’est pourquoi il ne faut pas perdre de temps.

Ces symptômes sont différents selon les personnes et les situations, il ne faut donc pas chercher un certain ordre d’apparition ou estimer que c’est n’est pas grave.

On estime que dans un espace clos, sans qu’aucune mesure ne soit prise, une intoxication au monoxyde de carbone peut tuer une personne en une heure. Cela en fait l’un des gaz les plus dangereux dans nos modes de vie modernes.

Netatmo info

Les principales causes d'accident et intoxications liés au monoxyde de carbone sont la mauvaise évacuation des produits de combustion, l’absence de ventilation dans la pièce de l’appareil et un défaut d’entretien des appareils.

Comment éviter toute intoxication au monoxyde de carbone ?

Afin d’éviter de ressentir les symptômes des intoxications au monoxyde de carbone, il est essentiel de comprendre l’émanation de CO, de quoi il s’agit et comment s’en prémunir.

Ce gaz toxique peut être produit suite à la combustion du bois (bûches, granulés, etc.), du gaz (butane, propane, gaz naturel, etc.), du charbon, du pétrole, de l’essence ou du fuel. Les appareils de chauffage sont donc le plus souvent en cause, bien qu’ils ne soient pas les seuls qui peuvent en être à l’origine (les groupes électrogènes, les cuisinières, les chaudières, les chauffe-eau ou les voitures peuvent aussi causer des émissions de monoxyde de carbone).

Limiter le risque d’une combustion incomplète en entretenant les appareils

Toute combustion ne produit pas de monoxyde de carbone (ni de danger d’intoxication au monoxyde de carbone), heureusement : il est le résultat d'une combustion incomplète, qui peut résulter d’une mauvaise gestion ou d’une utilisation inappropriée des appareils à combustion ou des combustibles, ou encore d’un manque d’entretien des conduits d'évacuation.

Il est donc vivement recommandé, avec de limiter les risques liés au monoxyde de carbone, de bien entretenir les appareils électroménagers et les appareils de chauffe, surtout les plus vieillissants.

Installer un détecteur de monoxyde de carbone

Du moment que vous disposez d’un chauffage ou d’un appareil susceptible d’émettre du monoxyde de carbone, il est utile de vous équiper d’un détecteur de gaz CO pour éviter toute intoxication au monoxyde de carbone. En plus de vous assurer une conscience tranquille, il saura également vous prévenir au moindre dépassement du seuil grâce à une alarme stridente.

En plaçant le détecteur à proximité de la source potentielle, sur un mur à hauteur du regard et entre 1 et 3 mètres plus exactement, la plupart des détecteurs font l’affaire et permettent de se prémunir contre les intoxications.

Bien sûr, les symptômes mentionnés plus haut font également office d’alerte… mais il reste préférable d’éviter d’en arriver là et d’être prévenu le plus rapidement possible de l’émission de monoxyde de carbone dans une pièce.

Netatmo info

Le détecteur de CO est le seul moyen de détecter le gaz avant les premiers symptômes.

Que faire en cas d’intoxication au monoxyde de carbone ?

Une fois les premiers symptômes constatés et le lien avéré avec le monoxyde de carbone, il est urgent d’agir vite. Les ARS (Agence Régionale de Santé) donnent ainsi plusieurs recommandations pour lutter contre l’intoxication au monoxyde de carbone (avant d’en ressentir les symptômes) :

  • Le plus tôt possible, aérez au maximum les locaux en ouvrant en grand les portes et les fenêtres

  • Lorsque c’est possible, éteignez les appareils à combustion présents dans le bâtiment (parce que le gaz peut provenir de votre logement, mais aussi d’un logement voisin)

  • Procédez au plus vite à l’évacuation des locaux, aucun occupant ne doit rester exposé au gaz

  • Appelez alors les secours au 112, le numéro unique d’urgence européen, au 18, les pompiers, ou au 15, le SAMU

  • Attendez l’avis d’un professionnel du chauffage ou des pompiers pour réintégrer les lieux

En respectant ces consignes, vous devriez pouvoir limiter les symptômes et les risques d’une intoxication au monoxyde de carbone. Mais bien évidemment, il ne faut pas perdre de temps et c’est ici qu’un détecteur peut sauver des vies.

Personne n’est à l’abri d’une intoxication au monoxyde de carbone. S’il existe bien des méthodes pour s’en prémunir, la vigilance reste de mise et ce, peu importe le type de chauffage utilisé. En période hivernale, restez donc à l'affût des différents symptômes propres à l’intoxication au CO.