Cambriolage de logement : quels chiffres en France ?

750 000, c’est le nombre de vols ayant visé des ménages en France métropolitaine en 2017, qu’il s’agisse d’un logement principal ou d’un logement secondaire. Le logement reste donc la cible favorite des cambrioleurs ! La raison ? Des dispositifs d’alarme et de sécurité souvent inexistants. Quels sont donc les chiffres du cambriolage en France ?

2 % des ménages touchés par les cambriolages en France

En 2017, 2 % des ménages français (soit 569 000 ménages) vivant en métropole ont déclaré aux forces de police ou de gendarmerie avoir été victimes de cambriolages ou de tentatives de cambriolage à leur domicile. Un véritable sujet de sécurité nationale !

Plus de cambriolages dans les zones à forte densité de population

Les cambrioleurs sont attirés par la proximité de leurs cibles !
Les faits ? Dans les zones rurales, les petites et moyennes agglomérations, 5 logements sur 1 000 ont été victimes d’un cambriolage ou d’une tentative de cambriolage en 2018… contre 9 logements sur 1 000 dans les villes de plus de 200 000 habitants. Soit presque le double !

Netatmo info

Les forces de police et de gendarmerie établissent des cartes de « géolocalisation » des cambriolages afin d’identifier les zones les plus touchées en France. Le constat dans les grandes villes comme Paris, Lyon et Marseille ? Les cambriolages de logement surviennent surtout en plein centre-ville. Une bonne raison pour équiper son domicile d’un système anti-intrusion.

Autant de cambriolages… que de tentatives de cambriolages

En 2017, 311 000 cambriolages de résidences principales ont été recensés, soit 11 cambriolages effectifs (avec vol d’objets ou d’argent) pour 100 ménages. Et la même proportion pour les tentatives de cambriolage, soit 313 000 sur l’année.
La preuve que les cambrioleurs sont découragés dans la moitié des cas, que ce soit par un système d’alarme, un dispositif de sécurité ou l’intervention de tierces personnes.

Des cambriolages avec vol… mais parfois sans effraction !

Les vols commis au sein d’une habitation sont considérés comme des vols aggravés par le Code pénal. Les faits sont pourtant parlants : on dénombre des centaines de milliers de cambriolages avec vol par an en France.
En 2017, 252 000 ménages (soit 0,9 % des ménages de France métropolitaine) ont déclaré à la police ou à la gendarmerie avoir subi un cambriolage avec vol mais sans effraction.

Le problème de ce type de cambriolage ? Le vol est plus difficile à prouver et l’assurance habitation moins encline à indemniser la victime.

Netatmo info

Il existe un moyen pour prouver un vol sans effraction dans votre maison auprès de votre assurance habitation : un système de vidéo surveillance capable d’enregistrer les images et de détecter les mouvements. Encore plus efficace ? La vidéo surveillance équipée de la reconnaissance faciale. Cette technologie distingue les visages connus des intrus et donne automatiquement l’alarme en cas d’intrusion.