Qu'est-ce que le gel de printemps ?

Le gel arrive parfois quand on ne le l’attend pas, notamment au printemps. Le problème, c’est qu’un phénomène météorologique comme gel de printemps et les gels tardifs peuvent se payer au prix fort dans la construction ou l’agriculture. Voir une petite couche de couleur blanche sur ses vignes un beau matin de mai ne présage rien de bon. Mais de quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que le gel de printemps et comment anticiper les gels ?

Le gel de printemps, un phénomène météo bien connu dont les conséquences se paient au prix fort

Le gel de printemps (ou gelées de printemps) est surtout un problème pour les cultivateurs de vignes. C’est surtout dans ce domaine que le terme est utilisé, le grand public qui ne jardine pas le connaît peu. On parle simplement de gels de printemps les gelées qui se produisent aux mois d’avril et de mai (en France et ailleurs dans l'hémisphère nord).

Pourquoi ce type de gel est important ? Sa température est la même que celle des autres gels bien sûr, mais c’est le fait qu’ils arrivent après l'hiver qui pose soucis. Les gelées frappent de plein fouet les bourgeons des vignes ainsi que ceux de tous les autres arbres fruitiers, ils sont alors vulnérables car une fois débourré, aucune coque protectrice ne les protège.

Moins rudes que le gel hivernal, le gel de printemps est moins froid et plus court. Mais en fonction du taux d’humidité, la température à partir de laquelle les cultures sont en danger varie. En cas d’humidité faible, c’est à dire avec une hygrométrie inférieure à 60 %, le risque est léger au-dessus de -4 degrés. Mais une exposition d’une heure à un gel à température de -2 degrés suffit pour causer des dégâts lorsque le taux d’humidité est supérieur à 60 % !

Les conséquences désastreuses du gel de printemps

Les vignes sont particulièrement vulnérables au gel de printemps. Les producteurs de vin et de fruits en général paient souvent au prix fort un gel tardif inattendu. En effet, les bourgeons et jeunes feuilles peuvent être détruits rapidement si le gel frappe, au grand désarroi des vignerons et viticulteurs. Une température de -2 degrés peut être suffisante pour provoquer des dégâts considérables.

Les conséquences destructrices du gel de printemps sont d’ailleurs encore plus dramatiques lorsque les vignes sont en avance. En pleine construction de leurs bourgeons, elles subissent alors de plein fouet le gel. Les produits des vignes sont ainsi faibles les années où le gel de printemps frappe.

Dans le secteur du BTP et de la construction, le gel tardif après l’arrivée des beaux jours peut aussi surprendre et causer des problèmes. En effet, le secteur de la construction est régi par des règles strictes en raison de la sensibilité de certains matériaux au gel.

Alors comment lutter le gel de printemps et éviter que les gels tardifs n’engendrent des dégâts importants sur les cultures et la construction ?

Netatmo info

Bien s’informer sur les prévisions météo permet d’anticiper et de se protéger du gel de printemps. Avec la Station Météo Intelligente Netatmo, ne vous laissez pas devancer et soyez informé(e) en temps réel des risques de gel dans les jours à venir. Cela vous laissera plus de temps pour vous préparer, tout en vous informant de l’évolution de la situation.

Comment lutter contre le gel de printemps ?

Il y a des solutions contre le gel de printemps, notamment au niveau des vignes. En voici une liste. Les avis divergent, mais ce sont des solutions testées et approuvées.

Anticiper les gels grâce à des prévisions météo précises

Anticiper est la première des solutions contre le gel. En utilisant un baromètre, une station météo ou en s’informant auprès de services météorologiques précis, vous pouvez gagner du temps. Prévoir les gels tardifs est un bon moyen de mettre en œuvre diverses protections pour vos vignes ou votre construction.

C’est une première solution dont le prix peut être intéressant : vous pourriez bien protéger les produits de vos cultures pour une centaine d’euros.

L’aspersion, ou la technique de l’igloo pour protéger les vignes contre le gel

Il existe des techniques de protection pour lutter contre le froid du gel et réchauffer l’air. Citons par exemple l’aspersion, qui est l’une d’entre elles. Cette méthode vise à arroser la vigne avec de l’eau pile au moment où de la formation du gel. Le but est simple d’un point de vue physique : créer une enveloppe glacée tout autour des bourgeons et des jeunes pousses fragiles, afin de les protéger du gel. Le principe de fonctionnement est le même que celui d’un igloo.

Il est aussi courant d’utiliser des bougies et des chaufferettes pour lutter contre le gel de printemps dans les cultures viticoles. La technique bien connue des vignerons consiste à disposer ces bougies et chaufferettes entre les rangs de vigne, dans le but de maintenir une chaleur suffisante juste au pied des ceps et ainsi éviter le gel.

Il faut ici compter le prix de tous les produits à acheter et à installer, bien choisir la marque de chacun d’entre eux et vous faire un avis sur chacun.

Utiliser les hélices des tours antigel et des hélicoptères pour brasser l’air

Au cours des années récentes, les gels tardifs et notamment le gel de printemps n’ont pas épargné les viticulteurs français. Certains ont ainsi utilisé des tours antigel pour protéger leurs cultures et assurer les produits de leurs récoltes. Ici, l’hélice rabat l’air chaud en direction des vignes. Les hélicoptères sont employés selon le même principe : brasser l’air juste au-dessus des vignes. Mais ces solutions à hélice n’ont pas le même prix que les idées proposées plus haut, c’est certain…

Jardiniers, travailleurs du BTP, viticulteurs… le gel de printemps est un ennemi fourbe. Mais heureusement, des solutions existent ! Pour tous les prix, vous trouverez un moyen de protéger vos produits contre les gels tardifs.